jeudi 7 mars 2013

Honda 650 SLR/FX


Une étoile filante



On ne gagne pas à tous les coups et cela vaut même pour le géant Honda que l'on ne peut pourtant pas soupçonner d'être abonné aux échecs.
Lorsqu'elle est apparue en 1997, la 650 SLR avait, sur le papier, tout pour réussir or elle eut les pires difficultés à trouver sa voie.
Au prix de quelques petites retouches ergonomiques au niveau de l'ensemble selle, réservoir, échappement en particulier, ainsi qu'au niveau du compteur, Honda tenta de lui donner un second coup d'envoi dès 1999. Sans réel succès malgré des qualités que la presse spécialisée commençait à lui reconnaître, tant et si bien que l'aventure se termina pour elle en 2001.
Aussi incroyable et injuste que cela puisse paraître, la petite soeur « civilisée » de la Dominator qui, elle fit un vrai tabac, n'aura trouvé de place au catalogue de Honda France que pendant cinq ans.

Ses points forts: Dérivé de l'excellent 650 mono qui fit la gloire de la Dom, le moteur en conserve toutes les qualités premières de fiabilité et de robustesse.
Retravaillé dans l'optique d'un usage quotidien urbain, il se montre moins fougueux et plus rond que celui de sa cousine. Les chiffres parlent d'ailleurs d'eux-mêmes: la FX est donnée pour 39,4 cv à 5750 trs et un couple de 5,4 mkg à 4500 trs alors que la Dom affiche une puissance de 46 ch à 6500 trs et un couple de 6,2 mkg à 5000 trs.
Pour mener à bien cet assouplissement du mono originel, Honda a notamment doté le carburateur d'un capteur TPS qui modifie l'allumage à l'ouverture des gaz.
Le résultat est tout à fait concluant, en tout cas dans l'optique d'un usage utilitaire qui pour autant, ne rime en rien avec tristesse.
La joie de vivre de ce gros mono civilisé trouve qui plus est à s'exprimer pleinement dans une partie cycle qui brille par son agilité.
Allez savoir pourquoi la mousse est si vite retombée sur ce cocktail de plaisir, de facilité et d'économies tant à l'achat qu'à l'usage...

Ses points faibles: La presse spécialisée ne lui a pas pardonné son ergonomie initiale. L'ensemble selle-réservoir de la SLR était mal dessiné; du moins trop mal pour que le pilote trouve naturellement sa position. Désagréable en soi, le phénomène était qui plus est amplifié par un pot d'échappement jugé trop encombrant.
Honda s'est très vite efforcé de répondre à ces critiques en passant à la FX mais il faut croire que la défiance du public avait d'autres racines.
Son manque de protection? La presse le lui a également reproché comme si le caractère basique et utilitaire de la monture ne la dispensait pas d'afficher un niveau d'équipement digne d'une routière. Là aussi, Honda s'est efforcé de désamorcer la critique en dotant la FX d'un petit saute vent.
Son freinage un peu juste? Cela aussi, on le lui a reproché, comme si les performances de l'engin lui commandaient de rivaliser sur ce terrain avec sa cousine Dominator.
A bien y regarder, un certain nombre de critiques se nourrissent de l'impossible mariage du beurre et de l'argent du beurre. La crémière pourtant, avait tout pour plaire.

2 commentaires:

  1. C'est une excellente moto à tout faire: ville, route, chemins. Avec une selle creusée mon 1m62 domine les débats. Elle est économique, fiable et serviable.
    Un défaut? En dessous de 3000trm (70km/h en cinquième) elle donne des à coups , donc sur petites routes on tricote entre 3ème, 4ème et 5ème .
    Bonne route, Julian

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour vos commentaires. Ils sont ce que le lecteur peut attendre de meilleur en matière de partage d'expérience. Bonne et longue route à vous aussi.

    RépondreSupprimer